Allergies du chien : comprendre, détecter et traiter

Découvrez le Programme DAC

Les démangeaisons persistantes, souvent tout au long de l’année, sont le premier signe de la dermatite atopique. Plus votre compagnon se gratte, se mordille, se lèche, se frotte, plus sa peau s’enflamme…certaines lésions peuvent prendre l’aspect de rougeurs, pustules, croûtes, pellicules.

Reconnaître les symptômes cutanés des allergies du chien

 Lorsque les troubles deviennent chroniques, on observe des dépilations (aussi appelés alopécies) ou un épaississement de la peau qui perd son élasticité naturelle (lichénification).
La peau est généralement très rouge sur le ventre, à l’intérieur des cuisses, entre les doigts et les coussinets. Les lèvres, le contour des yeux et, chez certains chiens comme les bouledogues, les plis de la face peuvent également être enflammés et suintants.
Parmi les localisations typiques en cas de DAC, on retrouve aussi les oreilles ! Chez certains chiens, par ailleurs, la DAC se manifeste uniquement par des otites à répétition !

Au fil du temps, les démangeaisons initialement localisées peuvent atteindre l’ensemble du corps.

Allergie alimentaire des chiens et troubles digestifs

À ces symptômes cutanés peuvent dans certains cas s’ajouter des troubles digestifs comme des selles molles, volumineuses et malodorantes, mais aussi des vomissements, des ballonnements ou des douleurs abdominales. Attention toutefois, l’absence de symptômes digestifs ne signifie pas que l’allergie alimentaire est exclue. Ces signes ne sont par ailleurs pas caractéristiques des allergies du chien, et peuvent avoir bien d’autres origines.

Allergies du chien : à quoi est-il allergique ?

détecter et soigner les allergies du chien

Pour confirmer ou exclure une hypothèse d’allergie alimentaire, votre vétérinaire vous recommandera certainement un régime d’éviction : pendant quelques semaines, votre animal devra manger exclusivement une alimentation “inhabituelle”, prescrite par le vétérinaire (ou une ration ménagère particulière). Les symptômes disparaissent ? On passe alors à un test de provocation : on propose au chien son ancienne alimentation et, si on observe une réapparition des troubles, on peut conclure à une allergie alimentaire. Un régime hypoallergénique ou alternatif devra alors être maintenu à vie. Dans le cas contraire, un régime alimentaire à visée dermatologique pourra être mis en place. Pour plus d’infos n’hésitez pas à lire l’article sur le sujet : “Quelle nutrition pour mon chien allergique?”.

Pour identifier les allergènes environnementaux, il existe des tests cutanés (appelés intradermoréactions) qui peuvent être réalisés par votre vétérinaire. S’il apparaît une réaction au point d’injection, c’est que l’animal est sensible à l’allergène injecté. En alternative, il est possible de réaliser une prise de sang et de doser les anticorps (Ig E) spécifiques d’allergènes; cela demande d’envoyer l’échantillon au laboratoire pour l’analyse, mais permet de tester un grand nombre d’allergènes en même temps, et est plus rapide et simple à réaliser par votre vétérinaire.

En conclusion, quelles que soient les lésions et les symptômes que présente votre chien, rapprochez-vous de votre vétérinaire, il vous proposera les examens utiles ainsi qu’une prise en charge adaptée de votre animal, afin d’améliorer sa qualité de vie.

 

Dr Auriane Schmitt

Mon chien présente-t-il des signes de dermatite atopique ?